Tradition et histoire de l’île d’Usedom Usedom ostrov - Ráj na Baltském moři

+49 38375 244 244

 Usedom Tourismus GmbH

Artisanat et traditions sur Usedom

À Usedom, ce n’est pas seulement dans les musées que l’on peut admirer l’artisanat traditionnel. L’artisanat sur Usedom est vivant et est transmis en de nombreux endroits d’une génération à la suivante. Et cela fait des siècles que cet artisanat vécu ne cesse d’attirer artistes et artisans d’art. Inspirés par les motifs caractéristiques, l’originalité, l’authenticité de ce dernier, ceux-ci s’installent à Usedom et marquent de leur sceau le paysage culturel de l’île par leur habilité.

À l’écart des stations balnéaires pleines de vie avec leur architecture balnéaire, on peut observer aujourd’hui encore les chaumières typiques dans les petits hameaux plus calmes de l’île. Ici, en Poméranie, les toits couverts de paille et de roseaux sont eux aussi appelés toits de chaume. L’artisanat du chaumage fait partie des plus anciens métiers artisanaux de la région. La presqu’île du Lieper Winkel dans l’Achterland (« arrière-pays ») est marquée par les vieilles chaumières des pêcheurs et des paysans. Aujourd’hui encore, on voit fleurir en de nombreux endroits de l’île des constructions neuves arborant ces toits qui existent depuis des centaines d’années. Les roseaux utilisés possèdent un excellent effet isolant contre la chaleur et le froid et tiennent entre 30 et 50 ans. Un toit de chaume fraîchement posé a par ailleurs une couleur aussi jaune et dorée que le roseau de l’Achterwasser (« lagon »). Ce n’est qu’après quelques mois qu’il prend sa couleur gris-brun typique.

Ce sont surtout les pêcheurs qui ont longtemps vécu dans des chaumières. Il existe aujourd’hui encore, le long de la côte de la Mer Baltique, des pêcheurs de plage, qui sortent en mer tous les matins pour aller pêcher et dont les cotres en bois sont tirés sur le sable par un tracteur une fois qu’ils sont rentrés. Des scènes que l’on peut vivre jusqu’à aujourd’hui sur les plages de pêcheurs d’Ahlbeck, de Heringsdorf et de Koserow.

Un produit typique que l’on trouve sur Usedom sont les Freester Fischerteppiche (tapis de pêcheurs poméraniens). Ceux-ci sont apparus dans les années 1920 en réaction à la misère des pêcheurs. Ceux-ci ont commencé à nouer des tapis pour gagner de l’argent en hiver lorsque l’Achterwasser (« lagon ») et le sol sont gelés ou pendant les périodes de moratoire de la pêche. Ces tapis muraux noués à la main sont devenus aujourd’hui un souvenir apprécié d’Usedom. Leurs couleurs typiques s’orientent d’après le monde de la vie réelle comme la mer ou la plage. Les motifs classiques et souvent utilisés comprennent, sous une forme stylisée : les vagues, les mouettes, les cygnes, les cormorans, les ancres, les panicauts maritimes et les poissons naturels.

Dans son atelier de terre Keramik (« Céramique »), l’artiste Daniel Graf réunit l’ancien artisanat avec le design moderne sous la forme d’une céramique de jardin et d’architecture. Cet artiste enthousiasmé par l’artisanat trouve son inspiration dans la nature. Ses œuvres consistent souvent en une combinaison de la céramique avec l’acier et le vieux bois. Outre cet atelier, on trouve encore d’autres ateliers de terre à Bannemin, Mellenthin et Morgenitz. Soulignons notamment ici l’existence de la manufacture de céramique de Mellenthin. La céramiste Susi Erler y fabrique de la céramique utilitaire poméranienne traditionnelle. Les pièces de vaisselle, essentiellement lasurées en clair avec des tonalités bleues, étaient appréciées dans de nombreux ménages de la région, surtout auprès de la population rurale simple au 19ème siècle. Elles sont ici reconstituées d’après d’anciens modèles.

Usedom – Histoire

Les découvertes faites par les fouilles archéologiques réalisées dans l’arrière-pays montrent que l’île d’Usedom était déjà habitée au paléolithique (70.000 - 45.000 av. JC). À l’âge du bronze, les habitants de l’île faisaient le commerce du précieux ambre d’Usedom et recevaient en échange des produits provenant des pays méditerranéens. Les Slaves s’implantèrent dans la région au 7ème siècle ap. JC. Aujourd’hui encore, le nom d’Usedom, qui provient du mot slave signifiant embouchure, « Uznam », rappelle cette époque slave.

La population de l’île se convertit au christianisme le 10/06/1128, un événement que commémore jusqu’à nos jours une croix sur le Schlossberg (« colline du château ») de la ville d’Usedom. L’île appartint dès lors à la Poméranie. Mais il existe aussi une histoire suédoise. À l’issue de la Guerre de Trente Ans, la région revint au roi de Suède Gustave II Adolphe. Après la Guerre du Nord, le Brandebourg-Prusse racheta en 1720 les îles d’Usedom et de Wollin ainsi que la Poméranie Occidentale jusqu’à l’embouche de la Peene pour la somme de 2 millions de thalers. L’économie du pays se renforça sous le règne de Guillaume Ier.

L’économie balnéaire et le tourisme qui l’accompagne commença à se développer sur l’île à partir de 1820 environ.
De nombreuses célébrités se sont rendues à Usedom. Citons Heinrich et Thomas Mann, Willy Fritsch, Lilian Harvey, Kurt Tucholsky, Maxim Gorki et bien d’autres encore. Usedom fut surnommée jusqu’au milieu du 20ème siècle la « baignoire berlinoise » du fait de ses nombreux visiteurs venus de Berlin. Le plus grand pont ferroviaire d’Europe fut achevé en 1933 près de Karnin. Cet ouvrage permettait de réduire encore le temps de la liaison entre Berlin et Usedom.

Après la prise du pouvoir par Hitler, on construisit à Peenemünde, sous la direction de Wernher von Braun, le centre d’essais de l’armée qui vit la naissance de la première fusée du monde, la fameuse V2. La conférence de Potsdam, tenue en 1945, définit le tracé de la frontière occidentale de la Pologne, qui sépara Ahlbeck de Swinemünde.

À partir de 1952, le tourisme, qui était organisé par l’État, connut un nouvel essor à Usedom. De nombreux hôtels devinrent à cette occasion des centres de vacances du FDGB (Freier Deutscher Gewerkschaftsbund, la « fédération syndicale allemande libre » de la RDA). Après la réunification allemande, il y eut des constructions neuves et des assainissements, et une nouvelle jetée a été inaugurée en 1995 à Heringsdorf. Le 21 décembre 2007, la frontière entre Ahlbeck et Swinemünde/Świnoujście fut déclarée « frontière verte » dans le cadre de l’adhésion de la Pologne à la convention de Schengen. Tous les contrôles aux postes-frontières, y compris dans la localité frontalière de Garz, furent supprimés et les passages librement ouverts à la circulation routière générale.

Zurück zur letzten Seite
Nach oben scrollen
© 2016 - Usedom Tourismus GmbH - usedom.de
<